L'impact environnemental du numérique en quelques chiffres

Émissions de gaz à effet de serre, pollution environnementale, réchauffement climatique… Depuis quelques années maintenant la situation environnementale est préoccupante et l'activité humaine a un véritable impact sur l'environnement. Grâce aux évolutions technologiques, le secteur du numérique a actuellement le vent en poupe. Les réseaux et outils informatiques profitent indéniablement aux utilisateurs. Le numérique apporte une solution écologique sur certains aspects comme la réduction de la consommation de papier qui se produit suite à l'abattage d'arbres. Cependant, il crée également des problèmes environnementaux. Il est donc important de connaître son impact environnemental afin de mieux vous en servir.

La participation du secteur du numérique dans les émissions de gaz à effet de serre

Le secteur du numérique est très vaste et n'a sûrement pas encore fini de s'étendre. Il rassemble internet, la télécommunication, la domotique, la robotique, les satellites, les jeux vidéo, etc. Les activités effectuées dans chaque domaine ont naturellement des effets sur l'environnement. De l'exploitation des ressources à l'acheminement des installations, les processus aboutissant aux services numériques sont complexes et longs. L'impact environnemental du numérique est en effet relativement important. Les études telles que Shiftproject (effectuée en 2018) et Green IT (réalisée en année 2019) sont très évocatrices. Selon ces travaux, la part du numérique dans les émissions de gaz à effet de serre (GES) au plan mondial varierait entre 3 et 4%.

Spécifiquement en France, ce secteur participerait à 2,5% des GES rejetés dans la nature d'après une étude effectuée conjointement par l'ADEME et l'Arcep. Autrement dit, le secteur numérique en France produit 16,9 mégatonnes (millions de tonnes) de CO2, ce qui équivaut à 338 fois le poids de l'Arc de Triomphe. Les gaz à effet de serre dont est responsable le numérique en France se répartissent entre :
  • les terminaux (80%),
  • les datas centers (15%),
  • les réseaux (5%).

Le rapport de cette étude de 18 mois qui a débuté en août 2020 montre, entre autres, que les services numériques en France consomment environ 48,7 TWh d'électricité. Cette quantité correspond à 10% de la consommation électrique de la France. Selon ce rapport, la production et l'utilisation d'équipements numériques par an nécessitent l'exploitation de 62,5 mégatonnes de matières premières. Cela correspond à 6 200 fois le poids de la Tour Eiffel. Les déchets qui en émanent pèsent, quant à eux, 21 mégatonnes (source : arcep.fr).

infographie CO2

La consommation énergétique des data centers : un véritable problème

Les data centers ou centres de stockage de données participent grandement à l'impact environnemental du numérique. Et pour cause, ils consomment avec avidité de l'énergie électrique qui est produite globalement à partir du nucléaire et de sources fossiles. Selon le directeur de Data Center Solutions de Cofely Services (une filiale d'Engie), un data center exploite environ 2 kW par mètre carré sur une année.

Utilisé en continu, un centre de stockage de données de 500 m² consomme par an 1 MWh, soit 1 000 kW (Source : actu-environnement). La consommation énergétique d'un data center de 5 000 m² (10 MWh) équivaut ainsi à la consommation annuelle de 500 foyers en France. Le rapport de l'étude de l'ADEME et de l'Arcep met également l'accent sur la gourmandise énergétique des centres de stockage de données.
infographie data center

Il en ressort que certains types de data centers sont plus problématiques sur le plan environnemental que d'autres. Les data centers colocations contribuent de 35 et 50% à la pollution générée par les data centers en France en général. La proportion est de 30 à 45% pour les data centers entreprises alors qu'elle est de 5 à 15% pour les data centers publics nationaux et locaux. Quant aux data centers HPC (High Performance Computing), ils sont responsables de l'impact environnemental à hauteur de 0,1 à 5% (source : arcep.fr).

Face à l'hyperconsommation des data centers, la solution la plus pratique est l'exploitation des énergies renouvelables. Certains professionnels des métiers du web proposent la création de site internet vert. C'est un noble concept qui consiste, entre autres, à faire héberger les données des sites sur des serveurs localisés dans data centers alimentés à l'énergie renouvelable. En France, quelques data centers verts se développent. Quelques-uns profitent notamment du rayonnement solaire pour
fournir de l'électricité à leurs installations.

Au-delà de l'hébergement qui est écologique, tout le processus de création d'un site internet vert s'inscrit dans la logique d'économie d'énergie. En recourant à des spécialistes en la matière, vous pouvez réduire votre empreinte carbone. Ce serait en partie votre contribution à l'atténuation de l'impact environnemental du numérique. En tant qu'utilisateur d'outils numériques et d'internet, il vous faudra adopter les bons réflexes pour amoindrir votre contribution aux dégâts du numérique sur l'environnement. Pensez par exemple à supprimer de temps en temps des messages dans votre boîte e-mail. Désabonnez-vous des newsletters inutiles. Plutôt que de remplacer un appareil en panne, faites-le réparer. Privilégiez les vendeurs et professionnels des métiers du web qui adoptent une démarche écoresponsable.
msv